« J’ai tout dans la tête »… foutaise !

Écrire un thriller est un conseil que j’ai reçu pour augmenter mes chances d’être publié (et donc d’en vivre…). Mais jusqu’ici, je n’avais jamais songé à ce genre, le jugeant trop complexe, manquant d’intérêt pour trouver quelque chose de valable (ok, je m’en croyais purement et simplement incapable). Mon cerveau, heureusement, a plus de mérite que son propriétaire : il bosse 24 h/24. Résultat, l’idée a fait son chemin. J’ai commencé à échafauder plusieurs scénarios possibles avec déjà quelques éléments qui me semblaient « obligatoire ». Certains passages étaient déjà prêts dans ma tête, un bout du début, une conclusion, quelques saynètes au milieu.

Habituellement, je me serais collé derrière le clavier, et j’aurais commencé l’écriture du bouquin, en comblant les trous au fur et à mesure. Niet. Pas cette fois. J’ai senti que ce n’était pas « correct », surtout pour ce genre où il s’agit de mettre en place des engrenages bien huilés, pas mal de diversion variée. J’ai donc attendu encore un peu. Jusqu’au moment de la révélation. Tous les ingrédients sont arrivés à maturation et ont accouché d’une histoire complète.

J’ai du passé deux heures à gratter le synopsis, un paragraphe par chapitre ou presque, les éléments clé, la hiérarchie des évènements. Tout. Une fois mes cinq feuilles imprimées, je me suis attelé dès le lendemain à l’écriture du premier jet.

C’était un grand changement, par rapport au « j’ai tout dans la tête » ou  » j’écris au fur et à mesure ». En gros avant j’écrivais en sachant où je voulais que mon histoire se dirige, mais sans savoir comment ni pourquoi. J’inventais les réponses à ces deux questions au fur et à mesure. Avec le thriller, j’ai découvert le plaisir d’écrire en ayant construit en amont, le squelette de l’histoire, ses muscles et son système nerveux.

Et honnêtement, c’est bien mieux ainsi. Là où je pensais que je serais plus limité à cause du cadre imposé, j’ai réalisé que j’avais plus de liberté pour approfondir les évènements, façonner mes personnages dans une direction bien précise plutôt que de les laisser en roue libre. Il y a aussi le gain de temps lors des relectures : c’est bien joli de créer au fur et à mesure, mais quand on pond soudainement un cliffhanger de malade en page 251 avant de réaliser qu’on a rien pour l’amener depuis une centaine de pages, on doit tout recommencer, lisser l’histoire pour que cela paraisse logique que ce moment arrive… Et il faut beaucoup de relecture et de lissage pour parvenir à rendre « naturel » les nouveaux éléments ajoutés.

Cela ne m’a pas empêché pour le thriller de changer certains passages, certains évènements… mais de manière bien moindre que si j’avais tenté d’écrire les choses « au fur et à mesure ».

Bref, le thriller a été une très bonne expérience, reste à voir d’ici quelques mois si les éditeurs sont du même avis… *rire gras*

En attendant, voici les deux premiers chapitres de la Main du mort… en attendant que je publie sur Kindle la suite du Dévoreur que j’attaque dès demain matin… (écriture ou relecture, je me tâte encore !)

 

Advertisements
    • roussel
    • 8 novembre 2012

    Moi je viens de finir Dusk tome I. C’est un bon roman de fantasy, et surtout les scènes de batailles sont extrêmement bien décrites. Je serrai les dents en les lisant. Félicitations donc.

    (quelques fautes d’orthographe, du coup je veux bien vous relire avant publication, en plus ça vous ferait un avis objectif ! Enfin, je dis ça, je dis rien.)

  1. Merci pour les compliments, c’est toujours un extraordinaire carburant…

    Je termine le T.3 et une lourde séance de relecture des deux précédents tomes est prévue pour tenter d’éliminer ces ignobles fautes qui me narguent au détour d’une page ou d’un coup d’épée…

    Un jour, j’aurai le dernier mot… un jour…

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :