Association avec un auteur (un vrai…)

Finalement, nous n’avons toujours pas subi la fin du monde, ni même les prémisses d’un éventuel cataclysme. Rien. Nada. Et moi qui espérais pouvoir écrire à l’ombre d’un nuage de cendre qui aurait été ô combien inspirant, même pas !

Entre l’attente de la sortie du Hobbit de P. Jackson et l’ouverture des cadeaux du petit papa Noël, j’ai eu le privilège ( ceux qui me connaissent, merci de ne pas — trop — sourire !) d’être sollicité par un certain Mr Honaker, qui souhaitait tenter aussi l’aventure du livre électronique…

Ce même monsieur m’a permis à plus d’une reprise d’améliorer mon bonhomme de chemin dans les étendues sauvages que constituent l’écriture et le travail occulte qui l’entoure : recherche d’information, mise en page, inspiration, mise en scène… autant de petits coups de pouce qui, j’en suis conscient, sont une chance inestimable pour moi…

J’ai pu travailler sur un de ses romans de science-fiction (qu’il désespérait de pouvoir sortir un jour, dû à une grande frilosité des éditeurs vis-à-vis du genre) pour le mettre en ligne et en faire la couverture… Si elle ne plaît pas, mea culpa à moitié, c’est un travail de commande ! Bref, le voilà donc sur Kindle, de manière indépendante, ce qui m’a amené à la réflexion suivante :

L’avenir de l’écrivain ne réside-t-il pas dans le format électronique ?

Si l’on met de côté l’appréciation d’avoir une version papier (toujours possible grâce à createspace ou autre lulu et le tirage à la demande), cette petite révolution artistique permet enfin à tout à chacun d’écrire et publier ce qu’il souhaite voir publié… sans subir le diktat de la loi du marché, comprendre par là devoir attendre qu’ Hollywood sorte un film sur un certain genre pour que celui-ci deviennent « la mode » qui vend…

En pleine explosion des vampires amoureux, peu sont ceux qui arriveraient à imposer une histoire de SF à leurs éditeurs déjà étranglés par la crise et les pertes auxquelles ils font face en ce moment… Pas sans garantie que cela fonctionne…

Bref, cela me laisse songeur. Malgré tout, je rêverai d’avoir un éditeur pour Dusk & compagnie, ne serait-ce que pour le côté marketing : il y a des choses qui ne s’inventent pas… enquiquiner les utilisateurs des forums, c’est gentil, mais avoir sa couverture dans des magasines à grand tirage, cela reste hors de portée du péquin moyen : moi en l’occurrence…

Pour en revenir à ce nouveau Kindle, en voici le résumé (fourni par l’auteur) en le remerciant à nouveau de m’avoir associé à cette démarche (les autres, cessez de sourire, je vous vois d’ici !):

« Au fond, nous vivons un vrai cauchemar. Deux mondes qui se poursuivent, tels deux trains roulant une même voie, l’un talonnant l’autre. Que le premier ralentisse, et c’est la collision inévitable, car on aura beau retourner les théories quantiques en tous sens, deux objets ne peuvent se trouver au même endroit, au même moment. Et les Chronophages nous rattraperont. Ils seront à chaque coin de rue, tapis, la gueule ouverte. Ils sont déjà là. Mieux vaut ne jamais être à la traîne, Jack…

Cette perspective fit passer un frisson glacé dans le dos de Jack En Retard. 

Il n’avait jamais réussi à être à l’heure.

C’était une maladie chez lui. »

 

Advertisements
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :