Nouvelle semaine, nouvelle vie…

Les semaines s’enchaînent, le frigo est plein, la banquière a de nouveau le sourire (je suppose, elle ne m’appelle plus…).

Le monde extérieur a pris sa dîme, entre les boulots en abattoir et en entrepôt, j’ai de la matière pour une centaine d’histoires kafkaïennes au minimum. Pourquoi chercher de la SF quand on la rencontre au quotidien ? Comme d’habitude en revanche, cela casse le rythme que j’étais pourtant si fier d’avoir réussi à m’imposer : Écriture tous les jours. Sans exception ou presque. Aujourd’hui, je suis revenu à la case départ : le clavier me semble bien loin, et l’obstacle de la montagne de travail a accomplir écrase littéralement mes envolées épiques de volonté…

Et pourtant. La pause a aussi du bon. Quand j’y arrive, je me relis, je me remets en question. Je regarde d’un œil plus distant mes productions, et j’enchaîne quelques « facepalm-combo » et je réalise ô combien j’ai été prétentieux de croire que certaine de mes productions étaient « OK » en l’état.

Prenons un exemple concret. Mon bouquin de SF, « l’étoile qui savait pleurer ». Oui j’ai aimé l’écrire, oui j’ai aimé qu’il ait une thématique éthique/politique, mais le fait de l’aimer suffit-il à en faire un truc publiable ?

Une semaine après mon dernier post sur la pub pour sa version Bookly, j’ai du repartir bosser, plus le temps d’arpenter forum et page Facebook. À mon retour, j’ai rejeté un œil sur l’histoire, son déroulement et ses personnages. Et ses défauts m’ont sautés au visage. Après une période relativement longue de dénégation, j’ai fini par admettre que oui, c’était une bouse en l’état. J’avais l’impression de voir une vieille maison avec du potentiel, mais grouillante de cafards gras et large comme des petits rats. Raison pour laquelle même si j’avais un peu de temps, je n’ai rien posté ni bougé. J’avais peur.

Et j’ai réalisé que j’en avais assez. Je pense que je me suis méchamment monté la tête grâce aux bons retours de la trilogie du seuil, ses bonnes ventes de l’année dernière, etc. J’ai cessé de chercher l’euphorie dans l’acte de l’écriture, mais dans l’acte du retour des ventes et des chiffres associés. De fait, plus vite je finissais un bouquin, plus vite je le mettais en ligne, et plus vite je pouvais me mettre à rafraîchir la page des ventes Amazon ou autre.

Uuuh… erreur, jeune padawan. Ainsi, j’ai commencé quelque chose dont je ne me pensais pas vraiment capable. Le manuscrit de l’étoile est dans un coin. Mon écran de droite pour être exact. Et sa nouvelle mouture est sur mon écran de gauche. Je le réécris, complètement. L’impression d’être à poil au milieu d’une classe de 3éme n’est pas loin. Mais peu importe. J’écris, c’est déjà une bonne chose.

Dusk me rosserait à coups de bâton si elle me voyait, mais peu importe, vu que son sort est déjà bouclé… Une partie des corrections sont terminées, j’attends avec impatience la suite des événements. Même si pour la Trilogie aussi, le même constat s’impose. Emporté par la joie d’être capable de terminer un manuscrit, j’ai sans doute survolé des choses que j’aurai dû approfondir (et pas que l’orthographe…)

Mais dans son cas, la sensation est différente. J’ai hésité à dire stop, pour faire pareil qu’avec l’Étoile. Mais ces trois livres sont et seront toujours ma base. Le tube témoin de mon expérience d’écriture. Ces trois livres sont mon seuil personnel (le titre n’était pas un hasard.), la voie initiatique par laquelle mes personnages vont devoir passer, tout comme moi. Elle n’a pas besoin d’être de marbre aux veinures d’or ; mais simplement d’être là, présente, un petit phare d’imperfection avec ses petits moments qui me sont précieux.

Le bottage de fesse n’est jamais loin, je continue à tenir bon et à écrire, pas autant, mais peut-être un tout petit peu (mais vraiment tout petit peu)  mieux.

PS : La page catalogue est à jour, mais pas le bandeau de droite pour ajouter mes deux nouvelles publiées chez l’Ivre-Book… ça va venir…dés que j’aurais le temps de remettre les mains dans le code pour les insérer proprement…

 

Advertisements
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :