Same player play again…

Ecriture du deuxième tome, le retour.

Date stellaire 201202.16 l’équipage est toujours bloqué au niveau de la nébuleuse « ce que j’ai fait ne me convient pas », les moteurs fonctionnent à plein régime mais n’avancent pas d’un parsec…

Finalement je met le doigt sur ce qui me gênait : j’ai fait l’erreur de commencer l’histoire en pensant à ce qui serait le plus agréable à lire pour x ou y personne.

Or je n’ai jusqu’ici que rarement pensé au lecteur. J’ai une idée, je la couche sur le papier, je la relis, je la corrige jusqu’à ce que la forme corresponde au plus prés à ce que j’avais visualisé.

Pour ce tome j’avais jeté rapidement deux chapitres que j’aimais bien, qui reprenait peu de temps après la fin du premier. Mais je l’ai jugé trop calme, trop pépère, trop dialogué. Et j’ai opté pour attaquer dans le vif du sujet en plein milieu d’un champs de bataille qui tournait au désastre pour les héros. Y’a de l’action, y’a du sang, y’a du mouvement. C’est l’top m’sieur dame. Mais en fait non. Je dois me faire vieux, finalement ça m’agace plus qu’autre chose.

Bref j’ai repêché mes deux chapitres, et finalement je les aime bien. Vraiment bien. Ils vont reprendre leur place initiale, ajouter les quelques pièces qui me manquaient dans le puzzle et je n’ai plus qu’à repasser au peigne fin les 12 chapitres suivant pour y intercaler les ondes de ce caillou jeté dans la mare.

Sauf que je n’ai plus d’électricité à l’heure actuelle sur ma machine de boulot… Et après trois jours à ne plus avancer, j’en suis réduit à ronger mon frein et à empiler les modif’ sur ma pile de post-it préféré, de tout ce que je compte faire dés que ce fatras high-tech se rallumera…

Publicités

Et si le super-héros était un schizo ?

Ilustration de l'excellente BD "Kinddom Come" d'Alex RossIdée de bouquin, qui me fait de l’oeil régulièrement, mais je veux terminer ce que j’ai commencé avec Dusk… aussi tentant que soit de laisser tomber et m’atteler à autre chose…

Imaginez un monde à la Marvel, avec son Superman attitré qui enquête sur une série de meurtre particulièrement violant ne touchant que les supervilains du quartier… hmmf non décrire l’idée comme cela ne me convient pas… :

Plantons plutôt le décors :

Paysage urbain dense à la Métropolis, lumineux (l’opposé de Gotham, pour les connaisseurs) et peuplé de gratte ciel aussi haut que sont crasseux les ghettos des banlieues.

Le « héros » 

Un Superman, avec la double identité qui va bien, super fort, super juste, prône la non violence et la tolérance, la paix et l’amour etc.

Le sujet :

Notre « Supergars » enquête donc sur la mort de plusieurs de ses « archenemy ». Ils sont tous tué de manière simple et propre malgré leur pouvoir et leur esprit intelligent. Accident de voiture, bombe, sniper, poison violent et crado etc.

Le « plot » :

Le meurtrier est notre « Supergars ». Plus exactement sa double identité. Son identité humaine qui a pris le pas pour devenir indépendant à son insu et faire la justice comme n’importe quel être humain réel aurait parfois envie de le faire en vrai

Contrainte : 

Les meurtres se font toujours en décalé : il change d’identité pour placer ses pièges, et re switch pour assister impuissant à son crime, et s’auto exclure de la liste des coupables.

Envie :

Réussir à faire la « jointure » (c’est français ? … …) entre l’univer onirique des super héros dans les comic book, avec un bout de la vrai psyché humaine, avec ses failles, ses intolérances et surtout ses coups de colère non assumé par la suite.

Inconvénient : le thème existe sûrement déjà (je pense encore au formidable Watchmen). Mais peu importe, l’idée m’amuse et je m’y mettrais sûrement d’ici peu… sauf si je patauge encore avec ma Fantasy…

Illustration(s?)…

"Deux de ses larges racines formaient un passage fermé par une porte, enchâssée dans l’arbre même."

Il s’agit d’un dessin que j’ai fait en imaginant la demeure de la sorcière Gaëlle. Avec le recul j’aurais aimé faire la porte bien plus petite, pour donner une idée de la taille de l’arbre, mais sur le moment, j’étais déjà trop heureux d’avoir réussi à donner cette impression de volume aux racines et au tronc de l’arbre…

Quand la plupart de vos dessins ressemblent à des esquisses d’un gamin du CE2, vous comprendrez que la gomme se fait tout de suite plus hésitante…

J’espère avoir d’autre coup de « chance » en dessin pour d’autres illustrations… parmi mes espoirs jusqu’ici déçu : incapable de dessiner Dusk convenablement…

Dusk la Fière v1.0

Dusk, mon histoire de fée guerrière avance… et stagne en même temps.

Le premier volume est déjà sur Amazon, mais étant d’une fainéantise à toute épreuve, je n’ai quasiment fait aucune promotion. Mis à part lorsqu’il était « gratuit » pendant 5 jours (oui je ne peux pas mettre le Kindle à moins d’un dollars.) je n’ai eu que peu de vente.

Elle avance car « pour le fun » et aussi parce que les mots me démangeaient mille fois trop pour que je les garde derrière mes doigts, j’ai déjà écrit ce qui sera la troisième partie.

Du coup, évidemment je n’avais plus qu’à écrire le chainon manquant, le tome 2, ce que je me suis attelé à faire.

J’en suis au douzième chapitre… et je stagne. J’ai beau savoir où l’histoire va, il y a une multitude de détail qui me manque. C’est un pont, dont les deux rives opposées sont parfaitement visible, mais il me manque des éléments pour continuer sa construction.

Dans tout les cas, l’une des raisons de ce blog, était aussi de posséder un endroit d’où je pourrais poster mes écrits sans faire payer qui que ce soit… Voilà le bouquin en question, format pdf par contre…

Dusk la Fière_Kane Banway

Pour ceux qui ont des centimes à perdre et un Kindle à nourrir, vous pouvez aussi le trouver ici :

 

Edit : Depuis, le bestiau a eu le droit à son relookage… et a des corrections, ajout de passage, suppression de certain etc… La nouvelle se trouve sur amazon, et je laisse celle-ci disponible ici ou dans la rubrique téléchargement.

Besoin de partager ?

Une envie ? Peu probable. Une nécessité, sûrement.

Bloguer sur la création de quoique ce soit me semble quelque peut désuet, dénué d’un quelconque interêt… pourquoi ? Car c’est un processus solitaire, relativement intime, qu’il est difficile de partager, même avec sa propre femme…

C’est du moins ainsi que je le ressens.

Alors un blog…

Cependant je ne peux pas nier mon inconsistance maladive quand à mon travail. Trop de distraction m’amène souvent à m’éloigner des rivages de ce que j’aime pourtant faire : voir et retranscrire ce que j’ai dans l’esprit.

Un blog pourrait donc être une solution. A court terme ou plus si affinité…

Mais je suis mal à l’aise, car comme dit plus haut, c’est intime. C’est personnel. S’ouvrir sur une page, de cette manière, en toute conscience que mis à part quelques sympathique lecteur, il y a là, dehors, une meute de loup affamé aux crocs aiguisé prêt à se faire les dents sur votre coin d’âme mis ainsi à nu.

Bon.

Allons-y, nous verrons bien sur la route… comme dirait un capitaine de ma connaissance :

« Engage »…

%d blogueurs aiment cette page :